CIMETIÈRE : UN ESPACE DE SÉRÉNITÉ


Mise en valeur des anciennes tombes

Les anciennes stèles chargées d'histoire, qui avaient fait l'objet d'un déplacement pour cause de travaux ou d'une procédure d'abandon ne disparaîtront pas dans l'oubli.

En effet, les passionnés de vieilles pierres, stèles en grès rose, monuments en calcaire, pourront désormais se rendre à l'extrémité du cimetière où elles ont été réhabilitées et disposées sur un socle en béton.

Ces vieux monuments présentent un intérêt affectif et un passé historique. Pour preuve, vous y retrouverez celui de François Courtot décédé en 1901, ou encore beaucoup plus ancien, celui de François Bernardin-Noblat décédé en 1792. Ce dernier était chevalier de l'Ordre de Saint-Louis, commissaire des guerres.

La mise en place de cavurnes et la création d'un jardin du souvenir.

Dans le cadre de l'aménagement du cimetière, un site cinéraire a été crée avec la réalisation de cavurnes et d'un « jardin du souvenir » :

  • les cavurnes : plus individuelles que les cases columbarium, elles peuvent recevoir jusqu'à 4 urnes cinéraires.

  • Le jardin du souvenir : prévu pour la dispersion des cendres à l’intention des personnes qui en ont manifesté la volonté. Les cendres y sont dispersées gratuitement.

La procédure de reprise des concessions

Le syndicat de gestion des immeubles intercommunaux de Bermont, regroupant les quatre villages, Dorans, Bermont, Botans et Sévenans, avait décidé de lancer une nouvelle procédure de reprise des concessions funéraires en état d'abandon.

Une visite complète du cimetière a été le point d'orgue de la procédure, il a été indispensable de déterminer avec objectivité les tombes concernées. Il s'en ait suit, un long travail de préparation administrative effectuée par Davy Philippe, secrétaire du syndicat de l'époque.

L'apposition de petits panonceaux sur des concessions réputées abandonnées ou sur des tombes qui ne semblent plus entretenues, incite les familles ou autres anonymes à venir en mairie.

La période de la Toussaint est propice aux réactions. Pierre Santosillo, le Maire en place au moment de la procédure indiquait « le cimetière est une de mes fortes préoccupations, c'est un sujet sensible, alors je tiens à rencontrer systématiquement les personnes sensibilisées par la procédure et j'apporte une attention particulière à leurs doléances ». En général, le dialogue permet de s'assurer que l'entretien ou la réparation de la tombe sera assurée à l'avenir.

Pour tout renseignement : 

http://www.cimetieres-de-france.fr/cimetiere/presentation/2068